Une Euréka Sport 27/1 d’O RI GI NE !

Nous avons perdu l’habitude de rencontrer des voitures à pédales d’origine et complètes, surtout celles des années 1920 qui commencent à se « faire vieilles »et qui deviennent aujourd’hui quasiment introuvables, voici pourtant l’un de ces rares exemplaires.

Sur cette exceptionnelle Sport 27 (série 1) de 1927 (Longueur 146 cm) nous pouvons être certains des formes et dimensions des pièces qui la composent : molette de fermeture du capot, bouton de contact des phares électriques (aux tailles spécifiques à ce modèle),  boule de levier de freinage et débrayage, supports de phares/culots d’ampoules etc. etc.

On peut apprécier la complexité et la précision de tous ces petits accessoires d’origine.

Je suppose que celle-ci, comme beaucoup d’autres à la méthode Euréka, a été peinte en rouge et ensuite en vert. Assemblée peut-être avec des pièces pré-peintes en rouge en provenance du magasin, elle a reçu ensuite  sur sa partie supérieure une couche de ce vert particulier pour obtenir le fameux « 2 tons » châssis rouge-carrosserie verte.

 

Équipée du premier tableau de bord en losange, elle affiche son logo oval en laiton et elle possède l’option « phares électriques ».

 

 

 

 

 

 

Si cette auto à le mérite de se présenter dans un état rigoureusement d’origine elle offre aussi le plaisir de fonctionner comme à ses premiers jours grâce à son moteur mécanique aux cliquetis si particuliers, aux chaines à pas sautés (double rouleaux) et aux moyeux coulés, le tout rigoureusement neufs.

 

 

Une pièce de référence pour collectionneurs avertis.

 

 

5 réflexions au sujet de “Une Euréka Sport 27/1 d’O RI GI NE !”

    • Bonsoir Pierre, je vous remercie pour votre attention.
      Vous avez remarqué que je précise « rigoureusement neuves » ceci expliquant cela. Si vous connaissez la marque Euréka vous devez être informé du processus de fabrication au travers des différents ateliers: menuiserie, emboutissage, usinage, assemblage, peinture, et FONDERIE, et ceci depuis le 1er modèle en 1922, la Sport 22.
      Tous les petits accessoires ainsi que les pièces mécaniques dites « d’usure » étaient coulées en zamac, un alliage difficilement maitrisé à l’époque tant dans ses proportions que dans ses températures. Il en résulte aujourd’hui, déjà 100 ans pour les 1ers modèles, que tous ces éléments soumis aux variations de température et d’hygrométrie, au fil des ans, se désagrègent. L’exemplaire que je vous présente possède encore la majorité de ses accessoires d’origine, hormis bien évidemment ses pièces mécaniques sous contraintes, son moteur par exemple, qui a du être fabriqué A l’IDENTIQUE.
      Au cas ou vous auriez connaissance d’un moteur encore en bon état de fonctionnement avec ses pièces d’origine soyez sympa, envoyez moi quelques photos que je ne manquerais pas de partager.
      D’avance merci !
      Bien cordialement
      Dominique

      Répondre

Répondre à METAYER Annuler la réponse.