Le Mystère du Bijou… ?

Les mieux informés, les passionnés par la marque Euréka, ceux qui ont la chance de posséder un catalogue des années 30, ont pu s’interroger sur ce petit pistolet lanceur de projectiles inoffensifs dénommé BIJOU.

Il est présenté sur un carton rouge siglé Euréka en blanc où il est précisé : Pistolet-Jouet Automatique à projectiles inoffensifs, accompagné des instructions d’usage, alors que, sur ce support, le dessin de la plaquette de crosse fait apparaitre « Breveté SGDG ».

 

Je connaissais bien ce carton que je possédais depuis longtemps mais je m’étonnais d’en avoir relever quelques exemplaires en vente, toujours nus, sans le pistolet, et jamais de pistolet Euréka Bijou

Et puis un jour, j’ai compris.

Ce petit jouet, car il est petit, à une forme très particulière et celle-ci est dessinée sur le carton, à l’échelle 1.

J’ai compris quand j’ai trouvé un petit pistolet marqué Brabaje qui s’incrustait précisément dans cette forme dessinée sur le carton rouge EURÉKA.

J’ai encore compris quand j’ai utilisé ce petit jouet qui tire automatiquement des projectiles inoffensifs, des petites buchettes en bois semblables à des allumettes.

J’ai bien compris qu’Euréka n’étant pas propriétaire du brevet ne marquait que les cartons alors que les jouets étaient marqués BRABAJE SGDG sur la plaquette de crosse.  Brabaje était une société Française qui fabriquait des jouets dans sa petite usine d‘Issy-les-Moulineaux.

Voilà bien la raison pour laquelle je n’ai jamais pu trouver une annonce proposant à la vente un petit pistolet Bijou Euréka sans son carton.

Alors que c’est un vrai « Petit Bijou », de belle facture. Construit tout en bakélite, son sélecteur de tir permet bien, une fois chargé,  de tirer automatiquement 7 ou 8 bûchettes en bois.

Un beau petit bijou qui est venu avec bonheur compléter La Collection Euréka.

 

2 réflexions au sujet de “Le Mystère du Bijou… ?

  1. Merci Dominique pour ce petit morceau d’histoire.C’est la preuve que le co-branding ne date pas d’aujourd’hui.
    C’est un très joli jouet, la sté Brabage vendait-elle également ce petit Bijou sous sa propre marque ou la production était-elle réservée à Euréka ?

  2. Bonjour André,

    La lecture de votre message m’oblige à vous poser une question (humour) :
    Le co-branding ne serait-il pas une vieille pratique utilisée depuis le début de l’ère industrielle appelée jadis en vieux français « sous-traitance » ?

    Je n’ai retrouvé que très peu de renseignements sur Brabaje, je pense qu’ils étaient spécialisés dans la fabrication de matière, la bakélite.

    A bientôt

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :