Vacances, grands départs, décapotables, RN7, Peugeot, Renault, Simca, Alfa-Roméo, Triumph, Mercedes, Fiat, Chevrolet, Cadillac, etc….

Pour les plus anciens, rappelez-vous, la RN7, les grands départs, sans autoroute d’où les fameux bouchons, une autre époque !

Quels modèles pouvaient ont croiser sur la fameuse Nationale 7 ?

Retour en arrière et coup d’oeil.

Dans les années 50′ je n’étais encore qu’un gamin déjà très attiré par tous ces objets roulants.

Nous partions dans une auto fermée, la Simca Aronde Grand-Large de mon père, et, au travers des vitres, mes yeux recherchaient ces voitures sans toit, les décapotables.

je garde encore aujourd’hui un net souvenir des…

Simca, « Sport », « Comète », des Peugeot 203, Renault 4cv, Citroën 2cv, et des plus rares , Chevrolet « Bel-Air »Buick, etc.

 

 

 

 

 

 

 

Certains courageux n’hésitaient pas à s’intégrer à ce long ruban descendant, malgré la petite taille de leur monture ; Isetta, Vespa 400.

 

 

 

 

S’il était habituel de croiser quelques vaillantes Jeep  les cabriolets Studebaker se faisaient plus rares.

 

Concernant les années 60′ mes souvenirs se font encore plus précis car à cette époque j’étais au volant d’une « magnifique » Peugeot 203 découvrable, ma première voiture,  pour laquelle je m’efforçais d’ignorer son état de délabrement, son usure générale, ses arrêts obligés dans les regrettées stations-service de cette fameuse RN7, car bien qu’a bout de souffle elle me permettait de croiser des cabriolets …

Renault Foride et Caravelle, Peugeot 404, Alfa-Roméo Giulietta, Mercedes 190SL, Triumph TR4, Austin-Healey,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la « 7 » les motos n’étaient pas en reste, c’était aussi l’époque des scooters, j’ai même vu un Vespa attelé à un side-car !

 

 

 

 

 

 

 

Plus au sud, arrivé à Cannes, on pouvait rencontrer quelques Américain(e)s au volant de leurs puissantes Chevrolet Corvette.

 

J’ai même eu la chance d’assister, sur la Croisette, à un de ces fameux concours d’élégance, très prisé à cette époque, irrésistible pour les « starlettes », celle-ci présentait une Delahaye 235, une autre posait devant une Corvette « 57 », 

 

 

De sublimes Jaguar XK120, des Lotus, concouraient avec une Delage et une Bugatti 55

 

 

Mais ça, c’était avant, dans les années 50′, 60′ après un jour de GRANDS DÉPARTS, comme aujourd’hui … SUR LA NATIONALE 7.

 

 

 

 

 

5 réflexions au sujet de “Vacances, grands départs, décapotables, RN7, Peugeot, Renault, Simca, Alfa-Roméo, Triumph, Mercedes, Fiat, Chevrolet, Cadillac, etc….”

  1. Merci Dominique pour ce joli retour vers notre enfance. La semaine dernière, au Mans Classic, on a vu les autos miniatures du Little big Mans, les enfants se prenaient déjà pour des pilotes….
    Bel été à toi !!!

    Répondre
  2. Ha souvenirs de la route des vacances avec les parents… la N6 / N7 la route Napoléon et ses multiples virages dans la chaleur sous le soleil, sans clim’ bien sûr. Avec au retour les histoires de joints de culasse et de durites claqués et de quelques bielles « coulées » Toute une ambiance parfaitement rendue dans les BD de Thierry Dubois ( https://www.thierrydubois.com/ )

    Répondre
  3. Merci Dominique, étant de l’ouest de la France, notre Far West c’était la côte Atlantique en suivant la N23, plein ouest à partir d’Angers, j’habite maintenant au bord de la N20, mais il ne passe plus grand chose d’intéressant, c’était la route du sud-ouest…Ah, si les murs de la maison pouvaient parler et raconter ce qu’ils ont vu pendant les années 40, 50 et 60, Olivet et ses célèbres bouchons, tout comme la Ferté Saint Aubin ou Nogent le Rotrou. Inter diffusait les messages personnels, il n’y avait pas de portables « la famille X circulant dans une traction noire en direction de Y est priée de rappeler sa famille de toute urgence… » c’était mauvais signe. Amitiés et à se voir très bientôt. Eric

    Répondre

Laisser un commentaire