SIMCA, rassemblement national au Chateau de Meung-sur-Loire (suite)

Pour bien animer une ville nous connaissons la recette :

  • Un club national d’une marque populaire de voitures anciennes, avec à sa tête un Président charismatique, « a cheval » (et en voiture) sur l’organisation, qui décide de rassembler ses adhérents et ses correspondants étrangers pour un séjour mémorable dans sa ville d’adoption.
  • Un château séculaire dans un grand parc et un châtelain aux multiples qualités,
  • Une jolie bourgade ligérienne accueillante et une mairie dynamique,
  • Sans oublier, la clé du succès, une météo particulièrement favorable à une manifestation en plein air.

Et là, à coup sur, c’est gagné !

Ces 3 premiers jours sont une véritable réussite. Depuis jeudi nous traversons la cité, selon les horaires, en croisant des véhicules d’une autre époque, à la Station Service,  devant les restaurants, devant les hôtels, un peu comme dans les années 60/70. Au soir du deuxième jour, au bord de l’eau, sur le parking de « La Capitainerie » là une 1000 « Rallye », là une Tagora diesel en provenance de Tchécoslovaquie, ici un cabriolet « Océane », sur la place du Matroi devant le restaurant « A la Maison » une Simca 8 et un coupé « Plein Ciel » , à l’Auberge des Tontons » une autre 1000 « Rallye » du Vendômois, une P60 du Nivernais, etc, etc.  Un potentiel commercial bien distribué !

 

 

 

Dans la journée ce sont des groupes de 30 ou 40 voitures qui participaient aux ballades organisées.

Ce samedi matin le coq chantait encore que déjà le grand rassemblement Simca montrait le bout de son nez dans les rues magdunoises.

Le petit village de tentes s’organisait dans le parc alors que j’installais une nouvelle venue, une Chambord « Auto Gui »au milieu de mes Simca « Euréka », dans la salle des gardes.

 

 

 

 

 

Sur le plateau de présentation, une douzaine de SIMCA rigoureusement sélectionnées (dont ce coupé unique carrossé par Figoni) paradaient imperturbables dans la cour d’honneur, et dans la journée des groupes de 30 ou 40 voitures participaient aux ballades organisées.

 

 

 

Et au fur et à mesure ces pièces de collection, pour certaines très rares, se présentaient dans la prairie, regroupées par modèles,  afin de former un impensable plateau.

 

 

 

 

 

 

L’après-midi, les roulements inquiétants (pour les personnes fragiles) du spectacle des « Harley’s-Bidons »couvraient, pour quelques interprétations, le bruit des moteurs, le brouhaha de la bourse aux pièces détachées, des stands de produits régionaux, des fidèles amis de l’Automobile Club de l’Ouest, et ceux des différents experts et assureurs.

 

 

Après une journée riche en événements,  (visites d’autres clubs régionaux, concours d’élégance, ballades en ville),  nous dînions pour la soirée de Gala, dans l’Orangerie, à la table d’honneur, s’il vous plait !

Le programme de demain, dimanche, prévoit une autre ballade vers un autre château, le majestueux Chambord, et des conditions atmosphériques encore favorables qui devraient permettre de clore « en beauté » ces quatre passionnantes journées.

 

 

 

Merci Patrick, et tout ton « Staff », (Alors que je prenais ce mot pour un anglicisme, ou une sorte de Stuc, j’ai enfin compris qu’il n’était qu’un acronyme : Simca Talbot Automobiles Françaises Fabuleuses), pour ton accueil et ta méticuleuse organisation.

Merci Xavier pour ta sympathie et ton fantastique château,

Merci Meung-sur-Loire, pour la douceur de tes paysages et pour ta Maire (Pauline) dynamique et présente.

Et Merci « Râ » pour ton chaleureux rayonnement autant indispensable à la quiétude des merveilleux cabriolets qu’au bon déroulement de ce mémorable Râ ssemblement.

2 réflexions au sujet de “SIMCA, rassemblement national au Chateau de Meung-sur-Loire (suite)”

  1. Outre plusieurs membres de ma famille durant des périodes plus ou moins longues, ma grand-mère a travaillé toute sa vie pour cette entreprise, depuis Donnet-Zédel jusqu’à Peugeot en passant par Simca évidemment, mais aussi Talbot et Chrysler. D’abord à Nanterre puis à Poissy. Elle se souvenait avoir salué Mr Pigozzi en personne et d’avoir vu passer lors de visites des « grands de ce monde » dont il me semble me souvenir l’impératrice d’Iran Farah Diba. Bien que n’ayant jamais possédé le permis de conduire, son modèle préféré dont elle parlait encore longtemps après était le petit coupé 1000 Bertone. Je me souviens d’un des « cadeaux de noël » d’entremise : une Versailles couleur bleu ciel téléguidé ( : commande par fil et câble métallique) Si elle avait toujours été de ce monde ma grand-mère aurait adoré ce reportage.

  2. Entre la très belle exposition Eureka dans ce magnifique endroit et ce rassemblement Simca nous voici bien arrivé dans les beaux jours.
    Merci pour ces riches partages.

Laisser un commentaire