Les PETITES CARABINES À FLÈCHE, K.B. EURÉKA, d’avant 1900.

Bien, parlons en de ces petits jouets.
S’il fallait bien à K.B., en cette fin du XIXe, des petits modèles pour débuter un catalogue, leur qualité était irréprochable, comme très souvent à cette époque où le coût de la main-d’oeuvre restait peu élevé.
Le bois de hêtre ou de noyer côtoyait des pièces de fonderie finement usinées et généralement nickelées. Les puissants mécanismes à ressort permettaient effectivement de s’entrainer avec des flèches aux embouts caoutchoutés sur des cibles en carton pour un « TIR DE SALON SANS DANGER ».
Quelques années nous séparaient encore des premiers modèles en fer blanc embouti.
Voici donc les photos du modèle n°1bis nickelé car le modèle n°1 identique, du même catalogue (le premier 1882), était « émaillé noir ». « Émaillé » ne signifiant pas « revêtu par une couche d’émail, poudre cuite », non, mais seulement recouvert d’une couche de peinture noire.
Ah oui, nous sommes en 1882 ! La DGCCRF n’était pas encore créée et la notion d’appellation mensongère n’existait pas non plus, certaines peintures s’appelaient bien « Peinture Émail ».
Le 2ème modèle ne diffère que par la queue de détente, beaucoup plus travaillée, et le garde-main fixé au canon par une pièce métallique. Il figure, toujours sous l’appellation n°1 bis, au catalogue de 1901.
Le troisième lui, diffère encore par sa poignée pistolet/crosse, dénommé « n°1 bis poignée pistolet » il apparait également au catalogue de 1901, avec une queue de détente travaillée également, que vous ne pouvez pas hélas constater sur la photo de mon exemplaire qui est cassé.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :