LES MOTOS-TORPILLES EURÉKA

Une fois n’est pas coutume, avec ce billet je m’écarte des autos à pédales pour des jouets à 4 roues certes, automobiles sans carrosserie, tout en traitant un sujet qui m’est cher, la marque Euréka.
A partir de 1924 on trouve au catalogue de celle-ci un modèle particulier, ce n’est pas un cyclo-rameur au sens strict du dictionnaire, le cyclo-rameur est un « tricycle » (stricto sensu) que nous retrouverons plus tard sous cette appellation chez ce même fabricant en 1938. Euréka a appelé son quadricycle « Moto-Torpille », à classer dans la catégorie des « Rameurs », ces fameux engins dénommés « Irish Mail » par nos amis Anglos-saxons ou encore « Holländers » en Allemagne.
Grâce à une étude réalisée en 1920 par Mr Xavier Grandvoinnet alors directeur technique chez EURÉKA, on peut noter 6 nouveaux jouets au catalogue 1924, les Motos-Torpilles classées par numéros de 1 à 6, selon leur longueur et leur technologie.
Du n°1 long:0,80 m. équipé de roues diamètre 135mm, au n° 6 long: 1,00m. monté sur des roues de 250mm, Seuls les n°s 4 et 6 étaient pourvus d’un siège à glissières, tous avec des roues pleines. Plus tard, un peu avant la guerre de 40, Euréka n’hésitera pas à utiliser tous ses modèles de roues, de Trot’Vit, de Trottinettes, pleines ou à rayons, sur ces engins hybrides.

Au tarif de ce même catalogue nous pouvons constater que si un vélo (en bois, n°4) était affiché à 86 Francs, une auto à pédales (sport 24) l’était à 175 Francs, alors que la moto-torpille n°6, la plus élaborée, n’était vendue que 60 Francs. Ces jouets bas de gamme, destinés à être diffusés pendant de longues périodes, à de nombreux exemplaires, n’ont jamais réellement attiré les collectionneurs, ceux-ci jetant plutôt leur dévolu sur les autos à pédales. Quelques Moto-Torpilles sont toujours proposées à la vente, selon le modèle et selon l’état nous n’en avons encore jamais vu crever le plafond de 200 Euros, la moyenne se situant plutôt dans une fourchette de 100 à 150 Euros. Mais fuyons vite cette horrible constatation mercantile pour ne retenir QUE l’originalité de ce jouet mécanique du début du 20ème siècle, fabriqué et vendu jusqu’aux années 60/70.



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :