La "LE MANS" et "L’AUSTIN-HEALEY", par DEVILLAINE frères…& Co.

Christophe m’avait apporté son aide pour mon dernier billet, avec sa petite Renault R4 L « DEVILLAINE », aujourd’hui Jean vient en renfort avec sa grande LE MANS « DEVILLAINE » en bon état d’origine.
La carrosserie de ce jouet très recherché par les collectionneurs avait été déclinée en plusieurs versions.
En 1958, après que les Anglais de TRIANG aient fourni à leur associé Pierre GUY, lui-même Directeur des Ets Devillaine (Hé oui, les multinationales c’était déjà compliqué), le dessin de la caisse en matière plastique d’une auto dénommée « Panthère », naissait une voiture de Sport Européenne avant l’heure, appelée tout simplement « Le Mans », arborant vaillamment son numéro de start 22 sur sa caisse désormais construite en métal.
En un tour de passe-passe avec le rajout d’une calandre et d’un logo adéquates, le remplacement des roues ajourées par des roues pleines ou rayonnées, et une peinture 2 tons sans numéro la « Le Mans » devenait en 1959 une « Austin-Healey » vendue en 2 robes différentes rappelant sa grande soeur, blanc crème et bleu clair ou blanc crème et rouge. Ces deux modèles pouvaient être livrés avec le mécanisme de pédalier à tringles sur essieu arrière-vilebrequin ou avec le pédalier à chaîne sur pignon arrière pour la « Luxe ». (Notons au passage que les pédales déjà communes à de nombreuses AutoGui sont identiques à celles utilisées par Pierre GUY sur son Scooter 1er modèle).
Cette variante plus soignée recevait la totalité de l’équipement composé de 2 phares électriques, des pare-chocs, d’un siège garni de moleskine, d’une prise d’air sur le capot et d’un pare-brise.
Je vous livre ici quelques photos des déclinaisons de cette caisse, merci à Jean pour sa belle LE MANS.






Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :