Comment fabriquer une roue de voiture à pédales ?… Euréka !

Je reçois presque quotidiennement des demandes de pièces détachées et, souvent, de roues. Mais pourquoi toutes ces démarches ? Vous n’avez qu’a les fabriquer ces roues, c’est pourtant simple, regardez !

 

You can choose your language by clicking in the right column « Sélectionner une langue ».

Il est vrai qu’à la seule vue de ces photos une telle réalisation peut paraitre aisée, surtout quand elle est effectuée par un professeur de chaudronnerie en retraite.

Merci Michel de partager avec nous tes clichés qui permettront peut-être à quelques cyclautophiles de se lancer dans une semblable aventure.

Voici donc 14 photos de la fabrication d’une roue pour les modèles Euréka BB 25, BB 28, Sport 27, Touriste (1ère version), biplace tandem 28, etc., selon les diamètres.

Quelques mots sur la méthode…

Création de 2 formes :

a) Le voile.

Si vous avez la chance de posséder un jardin dans lequel s’épanouit un arbre d’au moins 35 cm de diamètre (pour les plus grandes roues), un bois dur, n’hésitez pas, après un simple passage de tronçonneuse vous trouverez là la matière première pour y creuser la forme de cette roue.

Sinon voyez dans les jardins de vos voisins, ou encore, peut-être mieux, procurez-vous un tronçon d’arbre d’à peu près 50 cm de haut, choisissez plutôt du hêtre, mais si l’un de vos voisins possédait un buis de cette taille, ce qui tiendrait de l’exceptionnel, allez-y, servez-vous immédiatement !

Une fois évidé au ciseau à bois et légèrement poncé vous obtiendrez la forme (scientifiquement appelée « Salière« ) du voile… De la roue !

Non, ne vous méprenez pas, en ces temps d’amalgame, du voile de la roue, je précise.

Après un évidage « évident » il vous faudra y placer une rondelle de tôle découpée et, muni d’un marteau à boule, vous devrez taper, taper, taper (Attention, pas sur vos boules !) jusqu’à ce que « la rondelle » (qui ne fera jamais le printemps) ait épousé parfaitement la forme, vous deviendrez ainsi le témoin d’un mariage entre le fer et le bois.

 

 

b) La jante :

Pour le voile vous deviez avoir un jardin, pour la jante vous devez avoir soit un tour, soit un ami, ou une simple connaissance, ou encore un copain qui connait le copain du copain d’un tourneur, et ce même tourneur aura évidement un copain ferrailleur qui vous fournira une petite longueur d’un gros tube d’acier et 2 grosses barres de fer.

Le tourneur fabriquera, à l’aide de sa machine, la forme pour réaliser la jante et la rondelle qui  recevra le moyeu. Plus simplement il tournera au tour !

Et vous, muni d’un fer en U réalisé dans un morceau de tôle aux bonnes dimensions (pas un Hyper U, non !),  8+8+13 = 29 mm pour une BB 28, vous cintrerez ce dernier sur le gros tuyau (pour éviter le « retour élastique ») et vous l’ajusterez sur la forme, regardez encore comme c’est simple :

 

 


Avec la contre-forme que vous avez « bricolé »…? Ah oui j’allais oublié, il faut bricoler une contre-forme !

Et c’est facile ça aussi, mais avec quoi ? Une autre « rondelle de tôle », une grosse tige filetée et 2 longueurs d’une épaisse barre de fer (et oui… Le copain du tourneur, le ferrailleur !) soudées, percée, l’ensemble bien serré dans l’étau.

 


 

Vous rabattrez les bords du voile, en les chauffant pour les rétreindre .

 

 

Après avoir soudé, par quelques points, les 2 extrémités de la jante en U, il ne vous restera plus qu’à réunir les 3 parties à l’aide de rivets,  et vous aurez terminé votre chef-d’oeuvre, c’est pourtant simple ! Non ?

 

 

 

Et que dit-on ?  BRAVO MICHEL !

© Toute reproduction faite sans le consentement de l’auteur est illicite.
© Reproduction without the consent of the author is illegal.

Laisser un commentaire