• UNE DEVILLAINE SANS NOM ? 1950 .


    Si l’un de vous connait le nom de cette voiture à pédales construite par les Ets DEVILLAINE au début des années 50, je le remercie d’avance de nous communiquer l’information. Pour ma part, malgré mes recherches, je n’ai pas pu résoudre cette énigme.
    A défaut de nom elles avaient quelques fois des numéros de référence mais dans ce cas, QUID ? Pas de nom, pas de numéro !
    Dans son superbe ouvrage « AUTOS POUR ENFANTS », MICK DUPRAT écrit ceci:
    –  » C’est une auto curieuse, sans référence avec la réalité, dotée de moustaches inversées et chromées en guise de calandre et d’un V magistral estampillé sur le coffre… « .
    Je vous présente aujourd’hui le modèle magnifiquement restauré par notre ami Michel T., vraisemblablement une première série au vu de ses enjoliveurs, pare-chocs etc.
    Vous pouvez relever les différences avec le modèle bleu (photo dénichée par notre grand documentaliste Jean Sc., Merci !) qui, d’après son immatriculation date de 1955.
    Mon prochain billet sur un constructeur Français de voitures à moteur, pour enfants.

  • RENAULT 4 L DEVILLAINE… NEUVE !


    Encore une NEUVE D’ORIGINE ! Cette mignonne 4L a été fabriquée par Devillaine comme le prouve son immatriculation : 950 DF 42.
    DF pour Devillaine Frères et 42 pour le numéro du département de la Loire, siège des activités de Devillaine, rue Jean-Jaurès à Charlieu. Surprise à la bourse aux jouets à Orléans au début du mois de Janvier… Toujours très attirants ces jouets encore neufs ! ! !

  • VOITURE A PÉDALES NEUVE, PEUGEOT 504 DEVILLAINE.


    Il est assez rare de trouver une vap « neuve ». Hé bien, parlons en ! Une Peugeot 504 Devillaine, pas tout à fait « Le chant du cygne » mais hélas proche de la fin de cette marque en 1966. Remarquez bien, sur cet exemplaire NEUF donc entièrement d’origine, la présence de tous les accessoires, décalcomanies, etc. souvent disparus après seulement quelques heures de jeux. Ce modèle « Berline » diffère du « Cabriolet » uniquement par l’absence du faux couvre-capote collé derrière le siège. Les photos valent mieux qu’un grand discours…

  • Un BIJOU POUR NOEL ! L’ISETTA VELAM DEVILLAINE 1957.


    Noël, le moment des bijoux ! Grâce à René, l’ heureux propriétaire que je remercie pour ses photos, je vous propose aujourd’hui ce petit écrin fabriqué par Devillaine en 1957 :
    L’ISETTA VELAM. L’une des rares voitures à pédales dans laquelle on s’installait en passant par… la capote !
    Avec ses 1,30 m. de long et sa large banquette, cette (grande) auto pouvait accueillir 2 passagers (de bas âge). Pas de variante, un seul et unique modèle était proposé dans une seule couleur, blanche, comme sa grande soeur surnommée « Pot d’yaourth ». Celui-ci possédait un équipement complet avec éclairage et avertisseur électriques, pare-chocs avant et arrière, et il utilisait le volant monobranche de la DS. Encore très bien conservé, complet avec sa capote, le tout dans un beau jus d’origine, René peut être fier de son jouet recherché par de nombreux collectionneurs. !


  • Une belle Américaine… Devillaine Junior "Grand Luxe" 1952


    Rare dans cet état, avec l’ensemble de ses accessoires ! Cette belle Devillaine fabriquée à l’époque de L’Américan Dream, sans réelle appellation par son créateur, voulait suggérer « Les States ». On distingue nettement, sur les photos, l’équipement « Luxueux »de cette grande auto: Le Pare-choc volumineux, le levier de frein, les phares électriques, les flèches de directions, l’antenne de T.S.F. et, sur la photo n°4, derrière le volant, LE POSTE DE T.S.F.
    Et qui est l’heureux propriétaire de cette merveille ? ? ? Notre ami Christophe, encore lui, qui ne soucie pas de son tuyau d’arrosage au cours de ses prises de vues.
    (Pour mieux visualiser les photos n’oubliez pas de cliquer sur celles-ci)


  • PEUGEOT CABRIOLET 404 DEVILLAINE


    Ma que Bellissima cette auto à pedales ! Elle fleure bon le « Pinin Farina ». Devillaine a su nous fabriquer ce beau cabriolet Peugeot, avec son faux couvre-capote, ses vrais phares, tableau de bord etc., sans oublier la précision technique: « Injection », apposée sur l’arrière. A cette époque, ce devait être des « injections » de Diabolo-Menthe, pour les jeunes mollets.
    Cerise sur le gâteau, celle-ci est restée dans ce jus d’origine qui sait faire rêver tout bon collectionneur. Même le pare-brise est encore présent, elle est complète, complète, complète !
    Mais qui a bien pu dénicher cet « oiseau rare » ?… Notre ami Christophe, encore lui ! (Il m’énerve, il m’énerve, mais il m’énerve ! ! !)

  • LA "DS 21" PALLAS, CITROEN, par DEVILLAINE. 1966.


    La belle DS de chez MG, de notre ami Jean, a su déclencher des réactions polémistes et Dominique (encore un !) nous fait partager en 4 photos la restauration de sa superbe Devillaine.
    Vous remarquerez qu’à l’exception de ce modèle immatriculé DS, tous les autres de ce constructeur sont, à cette époque, immatriculés DT pour Devillaine-Triang. La qualité de fabrication des autos Devillaine est bien supérieure à celle des productions MG, par contre la DS MG savait mieux imiter sa grande soeur avec sa traction avant mais… le volant monobranche de la Devillaine est plus réaliste que celui de la MG.
    Ce modèle appelé « Pallas » sorti en 1966 est facilement reconnaissable à sa double paire de phares et à ses roues à rayons.
    Alors, MG ou Devillaine ? Laquelle est la plus belle ?
    Merci et bravo à Dominique pour la qualité de ses restaurations, on y reconnait « la patte » d’un professionnel.




  • La "LE MANS" et "L’AUSTIN-HEALEY", par DEVILLAINE frères…& Co.


    Christophe m’avait apporté son aide pour mon dernier billet, avec sa petite Renault R4 L « DEVILLAINE », aujourd’hui Jean vient en renfort avec sa grande LE MANS « DEVILLAINE » en bon état d’origine.
    La carrosserie de ce jouet très recherché par les collectionneurs avait été déclinée en plusieurs versions.
    En 1958, après que les Anglais de TRIANG aient fourni à leur associé Pierre GUY, lui-même Directeur des Ets Devillaine (Hé oui, les multinationales c’était déjà compliqué), le dessin de la caisse en matière plastique d’une auto dénommée « Panthère », naissait une voiture de Sport Européenne avant l’heure, appelée tout simplement « Le Mans », arborant vaillamment son numéro de start 22 sur sa caisse désormais construite en métal.
    En un tour de passe-passe avec le rajout d’une calandre et d’un logo adéquates, le remplacement des roues ajourées par des roues pleines ou rayonnées, et une peinture 2 tons sans numéro la « Le Mans » devenait en 1959 une « Austin-Healey » vendue en 2 robes différentes rappelant sa grande soeur, blanc crème et bleu clair ou blanc crème et rouge. Ces deux modèles pouvaient être livrés avec le mécanisme de pédalier à tringles sur essieu arrière-vilebrequin ou avec le pédalier à chaîne sur pignon arrière pour la « Luxe ». (Notons au passage que les pédales déjà communes à de nombreuses AutoGui sont identiques à celles utilisées par Pierre GUY sur son Scooter 1er modèle).
    Cette variante plus soignée recevait la totalité de l’équipement composé de 2 phares électriques, des pare-chocs, d’un siège garni de moleskine, d’une prise d’air sur le capot et d’un pare-brise.
    Je vous livre ici quelques photos des déclinaisons de cette caisse, merci à Jean pour sa belle LE MANS.






  • RENAULT 4L E.D.F. (DEVILLAINE FRÈRES)


    Et alors…? Et alors…? Et alors…? Hé hé ! Christophe est arrivé, é, é,..
    Et heureusement, j’avais quelques difficultés à trouver mon premier sujet de l’année.
    Grâce a lui l’élu est cette petite Renault 4L, fabriquée par Devillaine, aussi prisée que discrète, que l’on trouve rarement dans les livres ou dans les catalogues.
    Nous avons la chance de pouvoir observer cet exemplaire en très bon état d’origine, qui possède encore intactes sa calandre, ses pare-chocs, son volant, ses enjoliveurs de roues et son immatriculation 950 DF 42 (DF pour Devillaine Frères , et 42 pour le département de la Loire, où se situe la ville de Charlieu), à ce propos quelqu’un peut-il nous expliquer la raison du nombre 950 ? ? ?
    Merci encore à Christophe.


  • Renault 4L DEVILLAINE.


    Retour chez DEVILLAINE avec, encore une populaire, la RENAULT 4L. Petite voiture à pédales peu connue, fabriquée juste avant la fermeture de l’usine.