M.F.A. ? Et pourquoi pas la 665 ?


Si nous, et moi le premier, quand nous parlons de voitures à pédales citons M.F.A., la Manufacture Française d’Ameublement installée à Saint-Etienne, 20 rue Saint-Joseph, c’est toujours pour sa production de petits modèles populaires qui pouvaient représenter des voitures automobiles Françaises ayant existé, toutes ses déclinaisons de 2cv., Peugeot 203, 403, Panhard, ces autos que nous avons pu conduire et qui ont transporté ma génération en marquant nos mémoires.

Et pourtant si M.F.A. à (vraisemblablement) voulu représenter, par exemple, la 203 Peugeot, comme pour d’autres, elle ne l’a jamais annoncé précisément.
Ce n’est que des années plus tard que des collectionneurs ont fait ce rapprochement avec le modèle 655, au capot bien « décroché » de ses ailes avant saillantes, et à la calandre qui s’étale en s’élargissant jusque sous les phares, celui-là même qui est quelques fois confondu avec le 640 ou avec notre 665 proposant une calandre en tôle plissée formant pratiquement un demi oval.

Le 655 est donc devenu LA PEUGEOT 203 uniquement par le désir des collectionneurs.
Le 655, lui seulement, qui rappelle à la fois la ligne semi-ponton avec ses ailes avant galbées, la calandre classique et ses barrettes, et les phares de sa grande soeur Sochalienne.
J’évoque cette voiture avec autant de plaisir qu’elle fut ma première auto en… 1966 !
C’était une berline découvrable de 1951 qui, après 15 ans de bons et loyaux services était tellement A BOUT DE SOUFFLE, comme le film de J.L GODART sorti en 1960, que son prix de vente plutôt symbolique avait fortement influé sur ma décision.
Ce qui n’a pas empêché cette Peugeot de ne me laisser que d’excellents souvenirs…

Nous citons rarement les autos à pédales qui ne voulaient pas systématiquement ressembler à des grandes et qui, uniquement parées de quelques accessoires particuliers, ne se contentaient que de les suggérer vaguement, celles qui ont pu frapper nos imaginaires, comme cette série 600 qui rentre bien dans ce cadre en évoquant, pour moi, des voitures « Américaines ».

Alors aujourd’hui voyons une 665, une belle 665, dans son état c’est une « Perle » pour un collectionneur… Comme son heureux propriétaire, Christophe.
Profitons en pour mieux comparer (grâce à l’aide de Jean, Merci !) ces 640, 645, et 665 et notons que, si les deux premières affichent une ligne « ponton », la dernière tout comme la 655 (203) « déploie » ses ailes avec un air de semi-ponton.

Pour amplifier la notion de démesure qui nous parvenait, à l’époque, du nouveau continent, M.F.A avait trouvé judicieux d’affubler cette calandre d’un élément en forme de coupelle pointue en son centre qui ressemble plutôt à un enjoliveur de roue.
Le pare-choc est immense et les gros phares ronds sont exorbités mais cette calandre pointue me rappelle une voiture Américaine… Laquelle ?
De quel modèle M.F.A. pouvait-elle bien s’inspirer ? M.F.A et Giordani d’ailleurs, avec ses mal nommées « Auto-Grand-Prix », au « nez » également en pointe.
Pour ma part, j’aurais tendance à penser aux célèbres Studbaker « Champion » et « Commander » des années 50, 51 et 52 dessinées par le non moins célèbre Raymond Loewi.
Ou bien encore, aux autos aux 3 phares de Preston Tucker … Allez savoir ?
Personne ne pourra plus nous le certifier mais, heureusement, les photos stimulent encore notre imagination…

MFAJeuxJouetsVoituresdenfantsSaintEtienne

MFA_1953_02 (1)

mfa 53 001

203 018
655

203 034
655

93698479
PEUGEOT 203 DÉCOUVRABLE

d4866444x
640

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
665

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
665

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
665

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
665

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
665

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
665

studebaker-champion-conv-03
STUDBAKER CHAMPION

th
TUCKER

Leave a Reply