RESTAURATION D’UNE D.S.19 "MORRELET-GUÉRINEAU"

Il y a au moins… quelques années, j’avais accepté avec plaisir, pour mon ami Matthieu (avec 2 t ), de restaurer sa D.S. 19 M-G, modèle de base, 1961. J’ai enfin débuté cette restauration la semaine dernière pour la terminer aujourd’hui.
De nombreuses questions me parviennent régulièrement sur le blog de notre « Univers », souvent la même : « Comment restaurer une VAP ? ».
Je vais donc tenter, pour répondre un peu à celle-ci, de partager avec vous mon ouvrage, en toute modestie, sans aucun professionnalisme, uniquement guidé par ma passion et mes connaissances acquises grâce à elle durant ces dernières décennies.
Nous pouvons déjà noter l’immatriculation en usage chez Morrelet-Guérineau : 19 – MG – 61. 19 pour DS 19, MG pour Morrelet-Guérineau et 61 pour l’année 1961. J’ai eu l’occasion de relever sur les DS les années 1959 à 1968.
Vous trouverez dans l’ordre des photos:
-L’état du sujet après décapage chimique. La peinture était appliquée directement sur la tôle de récupération, matériau de très mauvaise qualité à cette époque (Ha, ces ferrailleurs !). Avec les années la corrosion a fait son oeuvre, sous la couche de peinture en creusant légèrement l’épaisseur du métal ce qui va nécessiter plusieurs couches d’apprêt (vous savez, celui que l’on applique avant ? ? ?) Pour découvrir les « surprises » n’oubliez pas de cliquer sur les photos.
– Le décabossage. L’emploi de plusieurs marteaux, tas de carrossier et emporte-pièce bricolés en bois dur s’avère nécessaire. Les garçons, toujours un peu brutaux, aimaient bien simuler des carambolages en poussant des objets sur leur passage, poubelles (métalliques à l’époque), poussettes et landaux, trottinettes etc., d’où la présence de nombreuses bosses sur la carrosserie et sur les accessoires en aluminium pare-chocs, calandre et phares
– Le masticage. (conseil du médecin généraliste : Toujours bien mastiquer ! )
– L’application de la première couche d’apprêt, suivie d’un ponçage en règle, à la cale.
– Le masticage (suite) et après un ponçage la découverte d’une résistance farouche des « pleins et des déliés ».
– L’application de la deuxième couche d’apprêt, suivie d’un autre ponçage à la cale.
– La peinture de la caisse, en bleu.(origine).
– La peinture des roues, du siège et du volant, en blanc cassé.(origine).
– Le décabossage des pièces en aluminium.
– Un premier ponçage de celles-ci au papier à l’eau grain 180 pour supprimer les rayures les plus profondes.
– Un deuxième ponçage au papier à l’eau grain 600.
– Un troisième ponçage au papier à l’au grain 1000.
– Un dernier polissage au feutre, à la machine.
– Peinture noire sur l’aluminium du pare-choc avant et plaque minéralogique.
– Fabrication en décalcomanie et application du numéro d’immatriculation.
– Fabrication du pare-choc arrière perdu dans les carambolages.
– Fabrication du support de pare-brise en aluminium, également égaré au cours de cette cinquantaine d’années.
– Fabrication du pare-brise (la garantie bris de glace n’avait pas du être souscrite) découpé dans une feuille de « Lexan » après réalisation d’une ébauche préalablement découpée dans un morceau de carton.
– Dérouillage et polissage de chaque vis, rondelles, écrous à oreilles etc., bref de toute la visserie et boulonnerie spécifique conservée d’origine, seules les goupilles sont neuves.
– Les pneus sont nettoyés à la brosse et au dégraissant, et ensuite au diluant de nettoyage qui leur redonnera cette teinte mate et l’aspect neuf. La phase la plus délicate restant le remontage sur les roues, avec d’infinies précautions.
– Remontage de l’ ensemble, une phase de travail très agréable sur des pièces propres pour redonner vie au jouet .
– La traditionnelle « Séance Photos ».
– Et enfin, la récompense, le bonheur… La restitution de « La Belle » à mon ami Matthieu (avec 2 t ) ! ! !

Si cette opération vous tente… Je vous souhaite « Bon courage ! »