• GROS PLAN SUR… L’EURÉKA SPORT 23.


    Aujourd’hui un GROS PLAN sur une grande (1,55m) et belle auto, au mécanisme sophistiqué, sorti des ateliers Euréka en 1923 et construite pendant 3 ans, la SPORT 23, code usine EK 02 pour le deuxième modèle fabriqué par la marque. Faute de posséder cette merveille qui fait partie des 4 qui me manquent (cruellement… avis aux vendeurs! ), je dispose d’un bon dossier de restauration, celui de l’un de mes amis Américains « DOUG » qui, jamais avare de photos, nous permet d’observer ce superbe modèle souvent appelé « Papillon » à cause de ses ailes. La Carrosserie en 2 parties, toute en tôle, repose sur un châssis en bois relevé vers l’arrière. Le radiateur nickelé, pièce maîtresse de la partie avant, rappelle déjà sans la nommer la marque Chenard-et-Walker. On le trouve également, comme son bouchon à 6 pans et bien d’autres pièces, sur le modèle qui suivra, la Sport 24. Le capot amovible est maintenu par 4 pattes reliées à 4 ressorts fixés sur le châssis. Le siège capitonné est solidaire de la partie arrière et l’ensemble réglable peut faire varier la longueur hors-tout de la voiture. L’auto est portée par 4 roues indépendantes suspendues à l’avant par des ressorts hélicoïdaux, tout comme l’essieu arrière. Ces roues à rayons sont munies de bandages en caoutchouc de 31 cm de diamètre.
    Et maintenant parlons un peu de ce fameux mécanisme tout à fait novateur, mis au point sur le modèle précédent « Sport 22 » par l’ingénieur Maison, Mr Xavier GRANDVOINNET, Merci Monsieur ! ! ! J’en profite pour adresser une pensée émue à son fils, Monsieur Marcel GRANDVOINNET, a qui nous devons également bon nombre de beaux jouets Euréka, qui lira vraisemblablement ce billet.
    La propulsion est assurée par 2 pédales suspendues rappelées par 2 longs ressorts et comportant chacune 2 repose-pieds en bois. Celles-ci entraînent des tirettes agissant sur des chaînes à double rouleau enroulées autour de pignons à dents sautées, ces pignons à cliquets étant solidaires de l’essieu arrière. Le débrayage et le freinage s’effectuent à l’intérieur de la carrosserie à l’aide d’un unique et grand levier terminé par une boule nickelée, celui-ci agissant d’une part en écartant les pignons grâce à 2 fourchettes placées sur l’essieu arrière, et d’autre part sur une sangle en feuillard qui enserre un tambour en bois.
    Le volant identique à la Sport 24 comporte la commande des 2 phares électriques fixés sur les côtés du radiateur.
    Félicitations à Doug pour sa restauration très réussie malgré la sophistication de la mécanique. (Peut-être un vert un peu plus foncé ? ? )
    Mais… Bravo et Merci Doug !

  • RENAULT 4 L DEVILLAINE… NEUVE !


    Encore une NEUVE D’ORIGINE ! Cette mignonne 4L a été fabriquée par Devillaine comme le prouve son immatriculation : 950 DF 42.
    DF pour Devillaine Frères et 42 pour le numéro du département de la Loire, siège des activités de Devillaine, rue Jean-Jaurès à Charlieu. Surprise à la bourse aux jouets à Orléans au début du mois de Janvier… Toujours très attirants ces jouets encore neufs ! ! !

  • VOITURE A PÉDALES NEUVE, PEUGEOT 504 DEVILLAINE.


    Il est assez rare de trouver une vap « neuve ». Hé bien, parlons en ! Une Peugeot 504 Devillaine, pas tout à fait « Le chant du cygne » mais hélas proche de la fin de cette marque en 1966. Remarquez bien, sur cet exemplaire NEUF donc entièrement d’origine, la présence de tous les accessoires, décalcomanies, etc. souvent disparus après seulement quelques heures de jeux. Ce modèle « Berline » diffère du « Cabriolet » uniquement par l’absence du faux couvre-capote collé derrière le siège. Les photos valent mieux qu’un grand discours…

  • GROS PLAN SUR…L’EURÉKA SUPER-JUNIOR 35 dite "Delage"


    Comme promis dans mon billet sur les Euréka dites « Bugatti », j’aborde l’autre sujet sur le même thème, les fausses appellations de certaines Euréka, aujourd’hui les « Delage ». Nous verrons dans un billet ultérieure la troisième et dernière approche, les fausses « Delahaye ».

    Je dois encore préciser qu’ aucun des modèles créés par la « SOCIÉTÉ DES INVENTIONS NOUVELLES, EURÉKA » n’a porté le nom de Delage. Par contre, on peut constater aujourd’hui au travers de nombreux textes relatifs à ces petites autos que cette appellation est, bien qu’à tort, couramment utilisée.

    On peut s’accorder sur le fait que la forme du radiateur de la Super-Junior 35 puisse rappeler celle du radiateur d’une Delage, un peu trop incurvé à mon humble avis. Je reconnais volontiers que la ligne générale de cette même Super-Junior voudrait évoquer une D8, A…? Peut-être ? Il serait intéressant qu’un passionné de Delage veuille bien nous apporter ses réflexions à ce sujet.

    Les modèles Euréka souvent appelés à tort « Delage » sont les suivants, tous sortis en 1935:
    Réclame 35, Baby 35, Select 35 et Super-Jubior 35. La firme Euéka les a équipé avec des types de roues différents. Ils étaient déclinés ainsi: Select 35 3 variantes, n° 1, 2, et 3, (corne d’appel, ailes enveloppantes, éclairage électrique et coffre ouvrant), 1 option peinture 2 tons – Super Junior 35, 3 variantes, n°1, 2, et 3, (corne d’appel, ailes enveloppantes, éclairage électrique et coffre ouvrant), 5 options: bandages 210X50 ou 225X55, peinture 2 tons spéciale, roue de secours sur coffre ar., pare-chocs av. et ar., avertisseur électrique.