• EURÉKA "COURSE GRAND-PRIX" type BUGATTI en 3D.


    Je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager un chef d’oeuvre, ces 3 photos de ma « Grand-Prix » travaillées en 3D par Antoine VIENNE.
    Merci et Bravo Antoine !
    (N’oubliez pas de cliquer sur les photos pour les agrandir.)

  • GROS PLAN sur… LES "BUGATTI ?" EUREKA


    Allez Hop ! ! ! Aujourd’hui… J’ose ! Après toutes les annonces, les nombreux articles parus ici et là, (non pas la, là !) et les courriels reçus par notre « Univers », il m’apparait important de rédiger ce GROS PLAN sur les « Bugatti Euréka » pour tirer les choses au clerc (le pauvre ! ) Non, au clair.
    J’ai même constaté avec stupeur, (oui, oui, elle était présente, elle pourrait témoigner) qu’un site de ventes aux enchères mondialement renommé proposait dans son guide d’utilisation la marque « EURÉKA BUGATTI » ? ? ? Pure démonstration des méfaits causés par l’utilisation mal contrôlée du système informatique.
    Hé bien NON ! La « Société des Inventions Nouvelles » EURÉKA n’a JAMAIS utilisé le nom « Bugatti » pour dénommer une ou plusieurs de ses voitures à pédales, JAMAIS ! JAMAIS ! Et il en est de même pour la marque DELAGE qui fera l’objet d’un autre GROS PLAN.
    Par contre, dés la création du modèle BB25 l’inspiration était flagrante, même l’évolution du logo EURÉKA sur les Sport 27 (2) était étudiée pour rappeler par sa forme ovale la marque de Molsheim. Par la suite, Euréka sortira de nombreux modèles qui traduiront cet esprit. Pour information je tente ici de dresser pour vous la liste précise de ceux-ci, par ordre chronologique: BB25, Sport 27, Tandem 28, Course 28, BB 28, Course « Grand-Prix », Touriste, Sport 33, BB00, Camionnette, Ces belles autos utiliseront toutes un radiateur qui, à la base pourtant moins fermée que le bien connu « Fer à cheval », rappellera par un subterfuge grillagé orné du logo ovale le fameux nid d’abeille du célèbre Ettore. Vous pourrez trouver sous ces lignes au moins une photo de chacun de ces modèles qui, bien malgré eux, portent encore très haut le flambeau de la marque Alsacienne.


  • GROS PLAN SUR… LA JUDEZ GRAND-PRIX .


    Au début d’une nouvelle année beaucoup d’entre nous tentent de s’imposer de nouvelles règles, d’autres conduites…intérieures ? ? ?
    Dans la recherche constante de l’amélioration de notre « Univers » j’ai pensé qu’il pourrait être bon de suivre cet exemple en traitant en 2012 quelques sujets intitulés  » GROS PLAN sur… », mais j’insisterai sur le fait que mes billets soient toujours accompagnés de nombreuses photos, toutes des présentations de jouets dans leur configuration d’ORIGINE, carrosserie, roues volants et autres accessoires, idem pour la peinture. Dans le cas où l’intérêt d’un document m’entraînerait vers un débordement je me ferais un devoir de le préciser.

    Aujourd’hui le hasard, et lui seul, me conduit à vitesse réduite, (radar oblige !), vers ce premier « GROS PLAN SUR… » les JUDEZ « GRAND-PRIX », cette grande auto de course dénommée Alfette en robe rouge ou Talbot en robe bleu, (la mode actuelle voudrait qu’elle soit en robe blanche… avec une large bouche et des talons hauts ?), qui s’est vu déclinée en plusieurs variantes, méritant quelques explications.
    Il semble que les premiers modèles étaient équipés d’un imposant volant à 2 branches horizontales plates sur un gros rond central plat également, en métal forgé, et de nombreuses louves ornaient le dessus et les cotés du capot et du châssis. On a pu constater 3 numéros de « start » différents, les 3, 5 et 7, chiffres noirs sur rond blanc au diamètre restreint, cerclé d’un filet noir.
    On trouve des variantes au niveau des échappements, soit une pipe à 4 tuyaux très courts, soit 2 tuyaux latéraux rigides longs, ou encore 2 tuyaux avec une sortie souple et un refroidisseur, ou encore un seul tuyau rigide gauche, ou bien pas de tuyau… du tout.
    Des roues et des enjoliveurs différents ont été utilisés selon les modèles, à rayons fins, à rayons larges ou à trous ovales.
    Vers la fin, deja pour des raisons de réduction des coûts de fabrication, elles étaient équipées du petit volant commun à toutes les Judez, en fonte d’aluminium marqué du V8 en son centre, le nombre de louves s’étant trouvé considérablement réduit alors que certains modèles en ont été totalement dépourvu celles-ci étant remplacées par de simples plaques vissées sur le capot. Un petit coussin en « moleskine » striée garnissait néanmoins le dossier du siège, concurrence oblige.
    Ci-dessous les photos 10 et 13 présentent des jouets repeints.

    J’ai voulu pour ce premier « GROS PLAN » (Sans T, mais hélas sans huitre, sans pain et sans beurre !) traiter un sujet simple, j’aborderai prochainement, muni de nombreux documents, celui très controversé des « Bugatti Euréka ».
    Mais il me tarde d’arriver au chapitre des Simca, avec le fameux « GROS PLAN sur… LA COMÈTE !  »